Les produits chimiques nuisent aux océans  

Les oiseaux qui se débattent lamentablement dans des flaques de pétrole gluant après les marées noires ne sont que la partie la plus visible du désastre. Nos océans sont imprégnés des produits chimiques que nous utilisons tous les jours, et des restes des polluants que nous avons utilisés par le passé.

Les marsouins communs mènent une vie trépidante. Ils passent leur temps à chasser et à manger. Tant mieux pour eux. Si seulement les petits poissons dont ils se goinfrent n’étaient pas pleins de produits chimiques. Les marsouins sont désormais une espèce vulnérable, et même en danger critique dans la mer Baltique, où les produits chimiques les empoisonnent lentement. Les humains ne vont pas très bien non plus : depuis les années 1980, on déconseille aux femmes enceintes de manger du saumon à cause des concentrations de métaux lourds dans leurs tissus graisseux. L’avertissement vaut désormais pour tout le monde. Les produits chimiques sont présents partout en mer, notamment dans les fonds marins, dans les animaux et dans l’eau. Et on ne se débarrasse pas d’eux si facilement : on retrouve encore des polluants comme les PCB, une catégorie de retardateurs de flamme interdite dans les années 1970, dans les fosses les plus profondes des océans, à 10 km sous le niveau de la mer.

Les produits chimiques sont partout dans les mers, parce qu’ils sont partout dans nos vies. Nos vêtements sont traités avec des retardateurs de flamme, des teintures et d’autres additifs, et ils portent les traces des pesticides employés pour faire pousser les fibres naturelles. A chaque fois que nous lavons nos vêtements, des produits chimiques partent avec l’eau de la lessive. Les médicaments que nous jetons dans les toilettes finissent dans les rivières, puis dans les océans. Tous les produits que nous fabriquons et que nous utilisons, qu’ils soient faits de métal, de plastique, de papier, de verre, sont soit entièrement constitués de produits chimiques, soit traités avec des enduits et des conservateurs. Ces produits s’échappent dans les airs, dans la terre, dans l’eau et finissent dans l’océan. Là, à leur tour, ils empoisonnent les fonds marins, les algues et les animaux, et enfin nous-mêmes. C’est un cercle vicieux.

Nous pouvons tous contribuer au changement en repensant nos habitudes, mais le grand changement viendra de nos gouvernements.

Nous appelons nos dirigeants à agir :

  • Pour une meilleure information des consommateurs ;

  • Pour réduire les quantités de produits chimiques dangereux ;

  • Pour une eau potable propre et saine.

Français